Ceci se propage sur le web : Marçon Classic reste « un rendez-vous coté » des amateurs de voitures anciennes

En fouillant le web j’ai remarqué un post qui va vous interpeller. Sa thématique est « voitures de collection ».

Son titre (Marçon Classic reste « un rendez-vous coté » des amateurs de voitures anciennes) est parlant.

Le chroniqueur (présenté sous la signature d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux.

L’article a été diffusé à une date indiquée 2022-08-13 10:55:00.

Après deux ans d’absence, Marçon Classic a fait son retour, ces samedi 13 et dimanche 14 août 2022, à l’espace de loisirs du lac des Varennes. Un cadre propice à …

Livres sur un propos proche:

MG, tous les modèles depuis 1924.,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Renault 4, un fabuleux destin.,A voir et à lire. .

Groupe B, « les voitures interdites ».,Ouvrage .

Stations Service.,Clicker Ici .

Ca circule sur internet : Deux voitures à pédales détonantes au Musée Automobile de Reims

Notre équipe a remarqué un papier sur le web dont le thème est «voitures de collection».

Le titre (Deux voitures à pédales détonantes au Musée Automobile de Reims) est parlant.

L’éditorialiste (identifié sous le nom d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres papiers qu’il a publiés sur internet.

Il n’y a pas de raison de douter de la fiabilité de ces révélations.

Sachez que la date de parution est 2022-08-13 03:52:00.

De nouveaux engins font régulièrement leur entrée au Musée Automobile Reims Champagne. Les deux derniers arrivés ont une histoire singulière. Il s’agit de voitures à pédales, réalisées au sortir de la guerre par un minutieux passionné.


Article réservé aux abonnés

Ouvrages sur le même thème:

Sportives extrêmes.,Le livre Vu à la TV.

Figoni & Delahaye, la haute….,Ouvrage .

Histoire complète des….,Ouvrage .

Formule 1 FERRARI, toutes les….,Ouvrage .

Als Volkswagen nach oben wollte (Oldtimer-Blogartikel vom 13.08.2022) | (service auto)

VW D1 (alias Phaeton) de 2001 (© AR)

Es war im Oktober 2001, als in der Automobil Revue Nr. 42/2001 das Volkswagen-Projekt D1 vorgestellt wurde. Titre : « Mit dem « Projekt D1″ wagt VW den Klimmzug in die Topliga. »

Der richtige Name werde erst Ende des Jahres bekannt gegeben, geplant sei eine Stückzahl von 100 Autos pro Tag in der neuen « Gläsernen Manufaktur » à Dresde, stand im Vorstellungsbericht von Max Nötzli.

Der Chefredakteur brachte aber auch ein hekles Thema auf :
« Die Frage, die momentan sowohl innerhalb der VW-Organisation als auch ausserhalb heiss diskutiert wird : Hinterlässt Piëch mit dem D1 seinem Nachfolger Bernd Pischetsrieder eine Perle, oder gerät der Klimmzug zum Megaflop ? »

Piëch hatte den Wagen offensichtlich als Waffe für die Riesenmärkte in Südostasien, Nord- und Südamerika vorgesehen, der Absatz in Deutschland war ihm weniger wichtig, so seien 20’000 Fahrzeuge pro Jahr durchaus realistisch. Der D1 bringe alles mit, was es für den Einstieg in die Oberklasse brauche, schrieb Nötzli im Oktober 2001, so etwa eine Luftfederung oder Motoren bis zum 6.0-Liter-W12 und Allrad für die stärkeren Modelle.

Heute wissen wir natürlich mehr. In rund 16 Jahren (bis 2016) wurden gesamthaft 84’235
VW Phaéton
(donc hiess der Wagen ja dann) gebaut. 2011 war der grösste Ausstoss mit 11’166 Exemplaren erreicht worden, in den übrigen Jahren waren die Produktionszahlen fast immer vierstellig und damit weit weg von theoretisch möglichen 50’000 bis 75’000 gebauten Wagen pro Jahr. Auch die 20’000, die Piëch als realistisch sah, wurden bei weitem verfehlt.

Nicht, dass der VW Phaeton ein schlechtes Auto war. Besitzer liebten den Wagen, auch Testfahrer wussten Positives zu berichten. En Chine verkaufte sich der Wagen auch relativ gut. Trotzdem verzichtete man bei Volkswagen auf einen Nachfolger, bei diesem Entscheid spielte sicher auch der Abgasskandal eine Rolle. Pischetsrieder blieb übrigens nur bis 2006 Vorstandsvorsitzender bei Volkswagen, den Projektmisserfolg, wenn man es so nennen will, musste er also nur in Teilen mitverantworten.

Automobil Revue Nr. 42/2001 im zwischengas-Archiv

Wer sich für die Anfänge des VW Phaethon interessiert, sei auf den
Article dans l’AR 42/2001
verwiesen. Dieser ist, wie
der ganze Jahrgang 2001 der Automobil Revue
seit gestern komplett auf (service auto) zu finden. Da gibt es natürlich noch viel mehr zu entdecken, was wir nach 21 Jahren vielleicht bereits vergessen haben …

AR Jahrgang 2001 im Zwischengas Archiv

Retour sur l’article : Automobile / Essai. Rouler en vieille R5 électrique, c’est possible !

Ce post, dont le propos est « voitures de collection », a été identifié sur internet, nous sommes heureux de vous en reproduire l’essentiel ici.

Son titre troublant (Automobile / Essai. Rouler en vieille R5 électrique, c’est possible !) est sans confusion.

L’auteur (identifié sous le nom d’anonymat
) est connu et fiable.

La crédibilité est de ce fait majeure en ce qui concerne cet éditorial.

L’article source dont il s’agit :

Nous avons déjà eu l’occasion de parler plusieurs fois du phénomène du rétrofit dans nos colonnes, depuis quelques années. Le rétrofit consiste à démonter le moteur, le réservoir et le système d’échappement d’un vieux véhicule, pour les remplacer par un moteur électrique et des batteries.

Résultat, on garde son ancienne voiture mais celle-ci est désormais un véhicule 100% électrique. Une formule qui peine à décoller, mais qui intéresse désormais certains constructeurs, comme Renault, qui nous a conviés à essayer sa R5 rétrofit.

La batterie et le moteur électrique remplacent la mécanique d'origine. Photo DR



La batterie et le moteur électrique remplacent la mécanique d’origine. Photo DR

Le rétrofit patine 

Depuis le 13 mars 2020, et l’adoption du décret rendant légale cette pratique, de nombreuses sociétés auto-proclamées “spécialistes du rétrofit” se sont lancées sur le créneau, à grands renforts de communication.

Mais où sont les voitures rétrofitées ? Des sociétés comme REV Mobilities, Transition-One ou Retrofuture le promettent depuis des années, elles vont révolutionner ce marché grâce à leurs milliers de commandes en attente ou à leurs gammes de modèles à transformer. Rien que chez Retrofuture, on vous propose de nombreux modèles, du Land Rover Defender à la Mercedes SL, en passant par la Coccinelle, la Fiat 500 ou la Rolls-Royce.

Des chiffres et des catalogues impressionnants qui cachent pourtant une toute autre réalité pour le moment : deux ans après les débuts officiels du rétrofit en France, seules dix voitures ont été réellement transformées dans notre pays !

Une affaire de spécialistes

Les rares modèles immatriculés et homologués sont le fruit du Mehari Club Cassis, entreprise spécialisée dans la Mehari et la 2CV, qui commercialise des kits à installer sur les trois seuls modèles homologués sur le marché français : la 2CV, la 2CV camionnette et la Renault 4. Une homologation qui doit se faire modèle par modèle et dont le coût dépasse facilement les 300 000 €.

Difficile d’imaginer ces sociétés, qui promettent des Rolls-Royce, Porsche 928 ou Jaguar XJS rétrofitées, dépenser autant pour homologuer des modèles aussi rares et impossibles à rentabiliser. Ce qui ne les empêche pas de les proposer sur leur brochure et de continuer à prendre des acomptes.

Avec 30 chevaux, cette R5 n'est pas une GTI. Photo DR



Avec 30 chevaux, cette R5 n’est pas une GTI. Photo DR

Mehari Club Cassis

Pour réaliser sa R5 rétrofit, Renault s’est donc naturellement penché vers le Mehari Club Cassis, seule société ayant réussi l’homologation de modèles rétrofités.

La R5 rétrofit reprend donc le kit déjà légal sur les Citroën 2CV et Renault 4. Le moteur est remplacé par un moteur électrique, des batteries et un système de chauffage. Grosse originalité de cette Renault 5 rétrofit, elle conserve sa boîte de vitesses d’origine ! Nous y reviendrons plus loin.

L’homologation de cette R5 est en cours, mais le prix de vente annoncé par la société, pour la transformation, est de l’ordre de 13 000 €. Un tarif qui pourra être amputé des aides au rétrofit, comprises entre 2 000 et 5 000 €. En attendant, prenons le volant d’un des premiers prototypes.

On oublie vite qu'on est au volant d'une électrique. Photo DR



On oublie vite qu’on est au volant d’une électrique. Photo DR

Des performances modestes

Au premier abord, impossible de distinguer cette Renault 5 rétrofit d’une version classique. En s’approchant de plus près, tout juste remarque-t-on une peinture jaune pailletée, un tableau de bord repeint en blanc et de nouveaux coloris de sellerie et de contre-portes du plus bel effet. Tout est identique à la R5, mais avec des couleurs mises à jour.

Pour démarrer, on dispose toujours de la traditionnelle clé de contact. Après l’avoir actionnée, on attend l’extinction d’un petit voyant orange sur l’instrumentation. On peut alors passer la seconde ! On ne démarre pas en première, vitesse réservée pour les démarrages en côte.

Les premiers mètres sont déroutants, loin du coup de pieds au derrière ressenti au volant de nombreuses électriques, cette R5 affiche un tempérament plus modeste. Avec un moteur de 22 kW, soit à peine 30 chevaux, elle est même moins puissante que la Renault 5 originale.

La tenue de route est d'époque : ça prend du roulis. Photo DR



La tenue de route est d’époque : ça prend du roulis. Photo DR

Le charme de l’ancienne

 Sur la route, on retrouve vite des réflexes oubliés, comme l’anticipation au freinage.

Le mode de propulsion de cette R5 est électrique, mais tout le reste est d’origine, à commencer par les freins et la direction. C’est cette dernière qui surprend le plus, dure en manœuvre car non assistée, elle se montre très floue à partir de 70 km/h. Un défaut “d’origine” sur la Renault 5, largement amplifié sur notre modèle d’essai, un prototype brut de décoffrage, assemblé pour les festivités autour de Roland Garros.

Dans les virages, là aussi on retrouve le comportement atypique des R5 originales. On prend beaucoup de roulis, une sensation oubliée et finalement attachante.

Pas de freinage régénératif sur cette R5 rétrofit. Photo DR



Pas de freinage régénératif sur cette R5 rétrofit. Photo DR

Électrique avec boîte

Après avoir démarré en seconde, vous pourrez passer la troisième vitesse vers 40 km/h sur le plat. Un changement de vitesse qui se fait sans toucher à l’accélérateur. Pas de compte-tours sur cette version, ni de bruit de moteur, le changement se fait au feeling. C’est naturellement que l’on peut sentir la courbe de puissance baisser.

À partir de 70-80 km/h, on peut rouler en quatrième. Une vitesse largement suffisante sur le réseau secondaire tant la tenue de cap est approximative. Un défaut qui devrait être réglé sur les modèles définitifs.

Autre originalité, il n’y a pas de freinage régénératif et donc pas de récupération d’énergie. Un système qui serait bien trop cher et complexe à réaliser sur un kit de rétrofit.

Avec une autonomie de 80 km, on ne s'éloigne pas trop. Photo DR



Avec une autonomie de 80 km, on ne s’éloigne pas trop. Photo DR

Autonomie et recharge

Avec une autonomie annoncée à 80 km, cette Renault 5 des temps modernes ne sera pas destinée aux voyages au long cours. Une autonomie confirmée par notre essai sur le réseau secondaire autour de l’usine Renault de Flins. Une réalité qui réduit d’autant le rayon d’action de cette voiture. Impossible d’aller se promener au-delà de 40 km autour de chez vous.

Pour la recharge, le chargeur embarqué de 3 kW autorise une recharge en 3h30 ou en 5 heures sur une prise domestique classique. Le pack batterie homologué est de 10.7 kWh.

À noter que le poids de cette Renault 5 est équivalent à celui de la R5 d’origine, à 90 kilos près.

Cette R5 se montre agréable, mais qui va dépenser autant ? Photo DR



Cette R5 se montre agréable, mais qui va dépenser autant ? Photo DR

Bilan

Cette R5 se montre finalement très attachante. On conserve ce qui fait la particularité des voitures anciennes, comme l’ambiance, le comportement, les performances, on perd uniquement…la bande son et le rayon d’action. Des concessions qui paraissent minimes comparées au tarif. Même avec une prime au rétrofit, la transformation reviendra à environ 10 000 €.

Sur un véhicule populaire dont la côte reste modeste, cela représente un lourd investissement. Si vous devez d’abord acheter une R5 en bon état pour la faire équiper ensuite, comptez un bon 20 000 € aides déduites. Le prix à payer pour pouvoir rouler partout, en silence.

Ce sujet vous a plu vous adorerez tout autant ces parutions:

COCCINELLE, La Volkswagen Type 1….,Ouvrage .

Porsche 944-924-968.,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

Sports cars.,Ouvrage .

Le guide de la Fiat 500.,Ouvrage .

Dernière actualité pour vous : Risque incendie : faut-il rendre obligatoire le cendrier de voiture ? – France

Dans le cadre de notre activité de vous alerter, nous publions ci-dessous un article vu sur le web il y a quelques minutes. La thématique est «voitures de collection».

Son titre (Risque incendie : faut-il rendre obligatoire le cendrier de voiture ? – France) condense tout l’article.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», le rédacteur est connu et fiable pour plusieurs autres posts qu’il a publiés sur le web.

Il n’y a pas de raison de ne pas croire de la fiabilité de ces informations.

Le texte a été diffusé à une date mentionnée 2022-08-12 11:04:00.

Texte :

Tous les enfants des années 70 s’en souviennent : à l’époque, les voitures disposaient d’au moins un cendrier dans l’habitacle. Souvent plusieurs : un à l’avant, à proximité du levier de vitesse ; un second à l’arrière, dans l’accoudoir central ; voire deux latéraux, nichés dans les portières.

Pourquoi les constructeurs automobiles ont-ils abandonné, les uns après les autres, cet accessoire ? La question n’est pas anodine alors que de nombreux incendies ravagent la France. Pas tous d’origine criminelle. Par temps sec, un mégot incandescent jeté par la vitre d’un véhicule suffit, attisé par le vent, à provoquer un grave incendie. Un geste critiquable mais dont une automobiliste sur six (15 %), reconnaissait se rendre coupable dans une étude Ipsos pour Vinci Autoroutes publiée en 2019.

Moins de fumeurs qu’avant en voiture

Rendons à César ce qui est à César : si les voitures ne sont plus équipées, de série, de cendriers, c’est grâce au combat engagé contre le tabagisme. Rappelons qu’en France il est illégal, depuis 2015, de fumer en voiture lorsqu’on transporte un ou des enfants de moins de 18 ans. Si l’on recense peu de contrôles, tout contrevenant pris en flagrant délit s’expose à une amende de 135 euros, pouvant aller jusqu’à 750 euros. En soi, la cigarette au volant n’est pas interdite, mais le conducteur qui fume peut être verbalisé si les forces de l’ordre estiment que cela l’empêche d’être maître de son véhicule. Conséquence : rouler n’est plus comme autrefois synonyme de fumer et le cendrier, pour le plus grand nombre, est devenu inutile.

Incendies en Bretagne : suivez notre direct

Toujours plus de technologie à loger

L’autre motivation des constructeurs est d’ordre pratique. La console centrale qui permet de piloter toujours plus de fonctions – radio, climatisation, téléphone Bluetooth… occupe une place grandissante sur le tableau de bord. Et, si la commande électrique a remplacé le bon vieux frein à main et libéré un peu d’espace, ce dernier a très vite été occupé par des gadgets devenus indispensables à l’automobiliste moderne et branché : vide-poche, prise USB, commandes d’ouverture/fermeture des vitres (eh oui, la manivelle a aussi été reléguée au rang d’antiquité !). Le chargeur par induction a ringardisé l’allume-cigares d’hier. Vive la technologie !

Des cendriers amovibles à placer dans le porte-gobelet

Aujourd’hui, passer commande d’une voiture équipée d’un « pack fumeur » reste possible, moyennant le paiement d’une option. Amovible, le cendrier viendra alors s’insérer dans le porte-gobelet qui équipe la plupart des modèles récents. Ce type d’accessoire, simple ou à éclairage led, est également proposé, pour quelques euros, chez les webcommerçants. Pratique en cas d’achat d’une voiture d’occasion.

Un débat récurrent

Pour autant, le cendrier de voiture resurgit régulièrement dans les débats lorsqu’en période de sécheresse, les incendies font rage. Nathalie Delattre, sénatrice de Gironde, avait proposé, en 2019, de rendre son installation par les constructeurs obligatoire, une requête déjà formulée, en 2017, par le président du Parc naturel régional des Alpilles, Jean Mangion. Sans succès. En 2019, le maire de Saint-Jean-d’Illac (33) avait pour sa part interdit, par arrêté, de fumer dans sa commune, l’été, dans une voiture non pourvue de cendrier… Des initiatives isolées mais qui méritent réflexion : rappelons que l’auteur d’un jet de mégot, s’il provoque un incendie de végétation, est passible de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Ce thème apporte des réponses à vos investigations vous adorerez beaucoup ces livres:

La Renault 21 de mon père.,Ouvrage .

Classic cars.,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Supercars, le culte de la….,A voir et à lire. .

Peugeot 205, le best-seller de….,(la couverture) Nouvelle édition.

Editorial tout frais : Risque incendie : faut-il rendre obligatoire le cendrier de voiture ? – France

Dans le cadre de notre fonction de vous alerter, nous publions ci-dessous un article vu sur internet aujourd’hui. Le sujet est «voitures de collection».

Le titre (Risque incendie : faut-il rendre obligatoire le cendrier de voiture ? – France) parle de lui-même.

Sachez que le rédacteur (présenté sous la signature d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres encarts qu’il a publiés sur internet.

Le texte peut par conséquent être pris au sérieux.

L’article original mentionné :

Tous les enfants des années 70 s’en souviennent : à l’époque, les voitures disposaient d’au moins un cendrier dans l’habitacle. Souvent plusieurs : un à l’avant, à proximité du levier de vitesse ; un second à l’arrière, dans l’accoudoir central ; voire deux latéraux, nichés dans les portières.

Pourquoi les constructeurs automobiles ont-ils abandonné, les uns après les autres, cet accessoire ? La question n’est pas anodine alors que de nombreux incendies ravagent la France. Pas tous d’origine criminelle. Par temps sec, un mégot incandescent jeté par la vitre d’un véhicule suffit, attisé par le vent, à provoquer un grave incendie. Un geste critiquable mais dont une automobiliste sur six (15 %), reconnaissait se rendre coupable dans une étude Ipsos pour Vinci Autoroutes publiée en 2019.

Moins de fumeurs qu’avant en voiture

Rendons à César ce qui est à César : si les voitures ne sont plus équipées, de série, de cendriers, c’est grâce au combat engagé contre le tabagisme. Rappelons qu’en France il est illégal, depuis 2015, de fumer en voiture lorsqu’on transporte un ou des enfants de moins de 18 ans. Si l’on recense peu de contrôles, tout contrevenant pris en flagrant délit s’expose à une amende de 135 euros, pouvant aller jusqu’à 750 euros. En soi, la cigarette au volant n’est pas interdite, mais le conducteur qui fume peut être verbalisé si les forces de l’ordre estiment que cela l’empêche d’être maître de son véhicule. Conséquence : rouler n’est plus comme autrefois synonyme de fumer et le cendrier, pour le plus grand nombre, est devenu inutile.

Incendies en Bretagne : suivez notre direct

Toujours plus de technologie à loger

L’autre motivation des constructeurs est d’ordre pratique. La console centrale qui permet de piloter toujours plus de fonctions – radio, climatisation, téléphone Bluetooth… occupe une place grandissante sur le tableau de bord. Et, si la commande électrique a remplacé le bon vieux frein à main et libéré un peu d’espace, ce dernier a très vite été occupé par des gadgets devenus indispensables à l’automobiliste moderne et branché : vide-poche, prise USB, commandes d’ouverture/fermeture des vitres (eh oui, la manivelle a aussi été reléguée au rang d’antiquité !). Le chargeur par induction a ringardisé l’allume-cigares d’hier. Vive la technologie !

Des cendriers amovibles à placer dans le porte-gobelet

Aujourd’hui, passer commande d’une voiture équipée d’un « pack fumeur » reste possible, moyennant le paiement d’une option. Amovible, le cendrier viendra alors s’insérer dans le porte-gobelet qui équipe la plupart des modèles récents. Ce type d’accessoire, simple ou à éclairage led, est également proposé, pour quelques euros, chez les webcommerçants. Pratique en cas d’achat d’une voiture d’occasion.

Un débat récurrent

Pour autant, le cendrier de voiture resurgit régulièrement dans les débats lorsqu’en période de sécheresse, les incendies font rage. Nathalie Delattre, sénatrice de Gironde, avait proposé, en 2019, de rendre son installation par les constructeurs obligatoire, une requête déjà formulée, en 2017, par le président du Parc naturel régional des Alpilles, Jean Mangion. Sans succès. En 2019, le maire de Saint-Jean-d’Illac (33) avait pour sa part interdit, par arrêté, de fumer dans sa commune, l’été, dans une voiture non pourvue de cendrier… Des initiatives isolées mais qui méritent réflexion : rappelons que l’auteur d’un jet de mégot, s’il provoque un incendie de végétation, est passible de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Ce thème vous a plu vous aimerez pareillement ces parutions:

Citroën DS,….,Ouvrage .

PORSCHE, l’excellence.,Clicker Ici .

Motos françaises 1869-1962.,Le livre .

Le Mans Classic 2018 – coffret.,A voir et à lire. .

Revue de presse web : Suresnes Auto Rétro le 17 et 18 Septembre

Revue-de-presse-web-Suresnes-Auto-Retro-le-17

Je viens de prendre connaissance de cet encart sur la thématique « voitures de collection ». Avec régal nous vous en donnons l’essentiel plus bas.

Son titre saisissant (Suresnes Auto Rétro le 17 et 18 Septembre) est parlant.

Présenté sous la signature «Hervé Bousquet», le pigiste est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour d’autres textes qu’il a publiés sur internet.

Le post peut en conséquence être pris au sérieux.

Sachez que la date de parution est 2022-08-10 11:21:08.

Voilà lle « papier » dont il s’agit :

 

Suresnes Auto Rétro le 17 et 18 Septembre

Participez à ces journées incontournables

téléchargez le bulletin d’inscription
clic sur le visuel

L’article Suresnes Auto Rétro le 17 et 18 Septembre est apparu en premier sur Club de l’Auto.

Ce objet vous a intéressé vous aimerez beaucoup ces ouvrages:

Le guide Ford Mustang.,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Restaurez réparez votre Mini.,A voir et à lire. . A offrir.

Véhicules industriels et jouets des Trente Glorieuses.,Clicker Ici Best sellers.

Jaguar type E.,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Infos pour vous : Rassemblement du dimanche 7 août 2022

Ce texte ayant pour sujet « voitures de collection » a été décelé sur internet, nous avons voulu vous le signaler plus bas.

Le titre (Rassemblement du dimanche 7 août 2022) est évocateur.

Sachez que l’écrivain (identifié sous la signature Jean-Marie Joubert) est positivement connu.

Le post peut par conséquent être pris au sérieux.

Le papier a été divulgué à une date notée 2022-08-10 10:34:32.

Voici ll’article en question :

Rassemblement du dimanche 7 août 2022.

C’était un dimanche de vacances mais nous avons tout de même fait le plein, il faut dire que la météo en ce moment incite les propriétaires de nos anciennes à sortir.

Nous avons retrouvé les habitués. Mais nous avons vu quelques nouveautés : une magnifique DS Cabriolet, une Delahaye comme neuve, deux Visa Cabriolet et surtout une Estafette magnifique presque neuve avec moins de 2000 km au compteur. Il s’agissait d’un corbillard tout noir, mais il a été repeint avec goût en bicolore.

Nos amis Anglais nous ont aussi rendu visite avec 13 Mini Moke, ils ne sont pas superstitieux !! La Mini Moke est un petit pick-up basé sur la Mini. Idéale en été, elle incite à la balade tranquille, rouler avec sur les petites routes en ce moment doit être un vrai régal. En randonnée dans la région ils ont bien agrémenté notre matinée, merci à eux.

Nos amis du comité des fêtes de Houssen sont venus nous rendre visite. Je vous rappelle que nous nous y retrouverons avec nos voitures pour la fête paysanne du 18 septembre 2022 qui nous promet une belle et sympathique journée. N’hésitez pas à vous rendre sur le site pour avoir toutes les informations.

Jean Marie JOUBERT.

Ce propos correspond à vos questions vous aimerez également ces livres:

Ferrari par Pininfarina….,Ouvrage .

Renault 25 De mon père.,Ouvrage .

Woodies américains, des….,Clicker Ici .

MG, tous les modèles depuis 1924.,(la couverture) .

Cela se propage sur internet : Les voitures de collection étrangères les plus populaires en France

A nouveau, ce blog va vous signaler un article qui se propage sur internet. Le thème est «voitures de collection».

Le titre séduisant (Les voitures de collection étrangères les plus populaires en France) est évocateur.

Annoncé sous la signature «d’anonymat
», le pigiste est connu et fiable.

Vous pouvez donc faire confiance aux informations qu’il communique.

Texte mentionné :

Comme celui du neuf ou de l’occasion, le marché de la voiture de collection est en grande partie dominé par les marques françaises dans l’Hexagone. Mais certains modèles étrangers parviennent malgré tout à tirer leur épingle du jeu, comme le montre un rapport de l’assureur Hiscox.

Par

Johann Leblanc

Publié le 10/08/2022 – 17:00
Mis à jour le 10/08/2022 – 17:35.

Quelles sont les voitures étrangères les plus collectionnées en France ? C’est ce que L’argus vous propose de découvrir grâce à un rapport de l’assureur Hiscox utilisant des données AAA DAta.

DR


En France, la Citroën 2CV est le modèle le plus collectionné. Mais la deuxième position n’est pas occupée par une autre voiture française. D’après un rapport de l’assureur spécialisé s’appuyant sur des données AAA Data, c’est la Volkswagen Coccinelle qui occupe cette deuxième marche du podium. Elle devance ainsi une autre production hexagonale pourtant très populaire, la Renault 4. La « Cox » demeure toutefois à bonne distance de la mythique « deudeuche », avec seulement 8 209 exemplaires immatriculés en carte grise collection quand la Citroën en compte 23 136 ! Le classement ne tient en effet compte que des exemplaires dotés de ce précieux document, fourni après le montage d’un dossier auprès de la Fédération Française des Véhicules d’Epoque (FFVE) et qui est loin d’être systématiquement demandé par les propriétaires éligibles. L’étude mentionne d’ailleurs en parallèle les modèles « collectionnables », qui pourrait avoir droit à ce certificat d’immatriculation particulier si les démarches permettant de l’obtenir étaient entreprises. Le nombre de 2CV passe alors à 85 988 unités quand la Coccinelle plafonne à 16 031 exemplaires.

<<< Le top 10 des voitures étrangères les plus collectionnées >>>

Une MG B encore bien présente

La quatrième place au général chez les modèles les plus collectionnés en France, et la deuxième pour les voitures étrangères, revient à un autre archétype de la voiture populaire, issu de l’autre côté des Alpes cette fois : la Fiat 500. Comme les 2CV, Coccinelle ou R4, elle a bénéficié de fortes ventes en son temps et d’une longue carrière. Ajoutez-y une image de sympathie intacte, entretenue par des descendantes au look néo-rétro, et il semble assez logique de la trouver aussi haut dans le classement. En revanche, découvrir la MG B GT au cinquième rang, et même au troisième si l’on écarte les productions françaises, peut déjà sembler plus étonnant. Beaucoup ont en effet oublié que les coupés et roadsters sportifs proposés par cette marque britannique ont bénéficié d’un véritable succès commercial en Europe comme aux Etats-Unis. Surtout que le constructeur, après avoir disparu chez nous pendant de longues années, s’est aujourd’hui reconverti plutôt dans les SUV électrifiés produits en Chine.

La Chevrolet Corvette devant la 911 !

Le top 10 des voitures étrangères les plus collectionnées réserve encore d’autres surprises, comme la présence de la Chevrolet Corvette devant la Porsche 911. Si la sportive allemande est beaucoup plus abondante dans l’Hexagone que sa rivale américaine, ses propriétaires semblent ainsi beaucoup moins enclins à monter un dossier auprès de la FFVE pour modifier leur carte grise. Même topo pour la Mini, un modèle très diffusé qu’on aurait pu imaginer bien mieux classé. Les acquéreurs des premières générations de Volkswagen Golf ne semblent pas non plus trop se bousculer pour accomplir ces démarches. Mais la possibilité de rouler sans restrictions dans certaines Zones à faibles émissions (ZFE) pourrait bien pousser de plus en plus de monde à le faire dans les prochaines années, et ainsi rebattre totalement les cartes.

Volkswagen en tête chez les marques étrangères

Quant au classement des marques étrangères les plus collectionnées, il est dominé par Volkswagen, devant Ford et MG. Mais le rapport d’Hiscox ne donne malheureusement pas les volumes. Il se borne à fournir le pourcentage du parc de la marque relevant de la catégorie collection. Un chiffre logiquement beaucoup plus élevé chez des constructeurs disparus ou absents sur le marché pendant longtemps : cette part grimpe ainsi à 36,3 % chez MG et 50 % chez Triumph, alors qu’on est à seulement 0,9 % chez Volkswagen et même à 0,4 % chez Peugeot comme chez Renault.

<![CDATA[<![CDATA[<![CDATA[<![CDATA[<![CDATA[
<!–/*–><![CDATA[/* ><!–*/
<!–td border: 1px solid #ccc;br mso-data-placement:same-cell;–>
/*–><!]]]]]]]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[>*/
]]]]]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[>]]]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[>]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[>]]]]&gt;<![CDATA[>]]&gt;

Position Marque Part du parc en carte grise collection
1 Volkswagen 0,9 %
2 Ford 1 %
3 MG 36,3 %
4 Fiat 1 %
5 Mercedes 1,1 %
6 Triumph 50 %
7 Chevrolet 24,5 %
8 Porsche 5,8 %
9 Jaguar 8,5 %
10 BMW 0,5 %

Étiquettes

Parutions sur un propos proche:

Construire ses voitures en Lego.,Ouvrage Recommnandé par la presse.

La Peugeot 405 de mon père.,Ouvrage Recommnandé par la presse.

La Ford Taunus 17M de mon père.,Ouvrage .

Tour auto 2018.,Le livre . Distribué en librairie et centre commerciaux.

Infos pour les fans : Les voitures de collection étrangères les plus populaires en France

Nous allons tout vous révéler sur cet article qui vient d’être publié, dont la thématique est «voitures de collection».

Le titre suggestif (Les voitures de collection étrangères les plus populaires en France) est évocateur.

Sachez que le rédacteur (présenté sous le nom d’anonymat
) est connu et fiable pour plusieurs autres encarts qu’il a publiés sur internet.

Vous pouvez donc donner du crédit à cette édition.

Comme celui du neuf ou de l’occasion, le marché de la voiture de collection est en grande partie dominé par les marques françaises dans l’Hexagone. Mais certains modèles étrangers parviennent malgré tout à tirer leur épingle du jeu, comme le montre un rapport de l’assureur Hiscox.

Par

Johann Leblanc

Publié le 10/08/2022 – 17:00
Mis à jour le 10/08/2022 – 17:35.

Quelles sont les voitures étrangères les plus collectionnées en France ? C’est ce que L’argus vous propose de découvrir grâce à un rapport de l’assureur Hiscox utilisant des données AAA DAta.

DR


En France, la Citroën 2CV est le modèle le plus collectionné. Mais la deuxième position n’est pas occupée par une autre voiture française. D’après un rapport de l’assureur spécialisé s’appuyant sur des données AAA Data, c’est la Volkswagen Coccinelle qui occupe cette deuxième marche du podium. Elle devance ainsi une autre production hexagonale pourtant très populaire, la Renault 4. La « Cox » demeure toutefois à bonne distance de la mythique « deudeuche », avec seulement 8 209 exemplaires immatriculés en carte grise collection quand la Citroën en compte 23 136 ! Le classement ne tient en effet compte que des exemplaires dotés de ce précieux document, fourni après le montage d’un dossier auprès de la Fédération Française des Véhicules d’Epoque (FFVE) et qui est loin d’être systématiquement demandé par les propriétaires éligibles. L’étude mentionne d’ailleurs en parallèle les modèles « collectionnables », qui pourrait avoir droit à ce certificat d’immatriculation particulier si les démarches permettant de l’obtenir étaient entreprises. Le nombre de 2CV passe alors à 85 988 unités quand la Coccinelle plafonne à 16 031 exemplaires.

<<< Le top 10 des voitures étrangères les plus collectionnées >>>

Une MG B encore bien présente

La quatrième place au général chez les modèles les plus collectionnés en France, et la deuxième pour les voitures étrangères, revient à un autre archétype de la voiture populaire, issu de l’autre côté des Alpes cette fois : la Fiat 500. Comme les 2CV, Coccinelle ou R4, elle a bénéficié de fortes ventes en son temps et d’une longue carrière. Ajoutez-y une image de sympathie intacte, entretenue par des descendantes au look néo-rétro, et il semble assez logique de la trouver aussi haut dans le classement. En revanche, découvrir la MG B GT au cinquième rang, et même au troisième si l’on écarte les productions françaises, peut déjà sembler plus étonnant. Beaucoup ont en effet oublié que les coupés et roadsters sportifs proposés par cette marque britannique ont bénéficié d’un véritable succès commercial en Europe comme aux Etats-Unis. Surtout que le constructeur, après avoir disparu chez nous pendant de longues années, s’est aujourd’hui reconverti plutôt dans les SUV électrifiés produits en Chine.

La Chevrolet Corvette devant la 911 !

Le top 10 des voitures étrangères les plus collectionnées réserve encore d’autres surprises, comme la présence de la Chevrolet Corvette devant la Porsche 911. Si la sportive allemande est beaucoup plus abondante dans l’Hexagone que sa rivale américaine, ses propriétaires semblent ainsi beaucoup moins enclins à monter un dossier auprès de la FFVE pour modifier leur carte grise. Même topo pour la Mini, un modèle très diffusé qu’on aurait pu imaginer bien mieux classé. Les acquéreurs des premières générations de Volkswagen Golf ne semblent pas non plus trop se bousculer pour accomplir ces démarches. Mais la possibilité de rouler sans restrictions dans certaines Zones à faibles émissions (ZFE) pourrait bien pousser de plus en plus de monde à le faire dans les prochaines années, et ainsi rebattre totalement les cartes.

Volkswagen en tête chez les marques étrangères

Quant au classement des marques étrangères les plus collectionnées, il est dominé par Volkswagen, devant Ford et MG. Mais le rapport d’Hiscox ne donne malheureusement pas les volumes. Il se borne à fournir le pourcentage du parc de la marque relevant de la catégorie collection. Un chiffre logiquement beaucoup plus élevé chez des constructeurs disparus ou absents sur le marché pendant longtemps : cette part grimpe ainsi à 36,3 % chez MG et 50 % chez Triumph, alors qu’on est à seulement 0,9 % chez Volkswagen et même à 0,4 % chez Peugeot comme chez Renault.

<![CDATA[<![CDATA[<![CDATA[<![CDATA[<![CDATA[
<!–/*–><![CDATA[/* ><!–*/
<!–td border: 1px solid #ccc;br mso-data-placement:same-cell;–>
/*–><!]]]]]]]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[>*/
]]]]]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[>]]]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[><![CDATA[>]]]]]]&gt;<![CDATA[><![CDATA[>]]]]&gt;<![CDATA[>]]&gt;

Position Marque Part du parc en carte grise collection
1 Volkswagen 0,9 %
2 Ford 1 %
3 MG 36,3 %
4 Fiat 1 %
5 Mercedes 1,1 %
6 Triumph 50 %
7 Chevrolet 24,5 %
8 Porsche 5,8 %
9 Jaguar 8,5 %
10 BMW 0,5 %

Étiquettes

Bibliographie :

La Citroën DS De mon….,Ouvrage .

Supercars, le culte de la….,A voir et à lire. .

Delage, la belle voiture….,Ouvrage .

Citroën 2CV sur les 5 continents.,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.